Home - Where we work - West Africa - Renforcement des capacités institutionnelles

Renforcement des capacités institutionnelles du CaLP

Reconnaissant que la portée et la qualité à long terme des transferts monétaires dépendent de l’institutionnalisation de la modalité au sein d'organisations engagées, et recevant des requêtes en ce sens de la communauté de pratique et de ses nouveaux membres, le Cash Learning Partnership (CaLP), dans sa stratégie 2015-2020, complète ses activités de formations individuelles aux transferts monétaires (TM) par un focus sur l'institutionnalisation de la préparation au TM. La nouvelle composante cible des organisations et institutions et considère l'accès et l'utilisation des outils, des procédures et processus nécessaires à la conception et à la mise en œuvre appropriées des TM comme une étape clé pour renforcer systématiquement l'aide humanitaire et les organisations individuellement. Bien qu'il existe des opportunités de partager des leçons de l'institutionnalisation des TM, force est de reconnaitre que le processus est unique à chaque organisation parce que déterminé par son mandat, sa structure, ses processus, ses objectifs et son personnel.

En Afrique de l’ouest, le CaLP est appuyé par l’Office of U.S Foreign Disaster Assistance (OFDA) de l’USAID pour soutenir 4 organisations dans leur processus d’institutionnalisation des TM. Dans le cadre de sa collaboration avec ses membres et partenaires, le CaLP a priorisé les acteurs locaux dans l’exécution du Programme de renforcement des capacités institutionnelles (SIC) en Afrique de l’ouest.

Organisations sélectionnées

A la suite d'un long processus de sélection, trois ONG locales ont été retenues au Niger, en Mauritanie et au Mali. Elle bénéficieront chacune d'un accompagnement individualisé pour les aider à diagnostiquer leurs défis en matière de préparation aux interventions en transferts monétaires et à concevoir des plans d’actions pour un changement organisationnel.

Demi-E

L'ONG DEMI-E est une organisation nigérienne de développement qui s’est fixé comme mission de ‘’Contribuer au renforcement des capacités de résilience des communautés rurales et urbaines à travers la mise en œuvre des initiatives de développement autogérées‘’.
Au fil de ses dix-neuf (19) années d’existence, DEMI-E  est progressivement devenue une référence au niveau national en termes de conception et mise en œuvre des projets de développement et humanitaires à travers les principaux domaines suivants :

  • Eau, hygiène et assainissement ;
  • Gestion des ressources naturelles ;
  • Appui à la gouvernance locale ;
  • Sécurité alimentaire et gestion des urgences.

L’ONG DEMI-E a son siège à Zinder et est représentée au niveau des autres régions du pays : une Représentation à Niamey, une antenne régionale à Diffa et des équipes opérationnelles à Tillabéry et Doutchi (Dosso).

Son modèle de gouvernance s’articule autour de trois instances à savoir l’Assemblée Générale, le Conseil d’Administration et le Secrétariat Exécutif jouant chacune son rôle tel que défini.
 Le modèle organisationnel définit par l’ONG DEMI-E répond aux problématiques suivantes :

  • Toucher un maximum de bénéficiaire 
  • Améliorer l’impact et l’efficacité des interventions
  • Optimiser la couverture géographique de l’ONG 

El Ghad Essihi

El Ghad Essihi pour le Développement et la Protection de l’Environnement en Mauritanie (EGEDPEM) est une ONG Mauritanienne regroupant des cadres pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, apportant des réponses durables pour le développement, notamment au niveau de la sécurité alimentaire, la protection de l’environnement, de l’éducation et de la santé. Actif sur le territoire national, El Ghad Essihi intervient sur quatre thématiques qui contribuent au développement du pays : Santé : construction d’infrastructures sanitaires ; Agriculture : filières agricoles, encadrement des coopératives, mise en place de puits et réseaux d’adduction d’eau, construction de château d’eau, digues, diguettes et barrages ; Eau potable et Assainissement ; et gestion des ressources naturelles. Elle vise à améliorer durablement les revenus et l’accès aux services essentiels des populations et entend contribuer au renforcement des capacités des acteurs socioprofessionnels. 

Groupe de Recherches et d’Applications Techniques (GRAT)

Le Groupe de Recherches et d’Applications Techniques (GRAT), créé en mars 1980, est une ONG malienne à but non lucratif

Le GRAT est formé d’une équipe pluridisciplinaire de cadres ingénieurs, d’enseignants, de socio-économistes et de techniciens désireux de réfléchir sur les problèmes généraux du développement économique et social du Mali et de la Sous-Région et de contribuer à leurs solutions à travers des actions appropriées. Ce caractère pluridisciplinaire du GRAT lui confère un champ d’activités diverses dans les domaines suivants :

  • Socio-économie,
  • Etudes techniques,
  • Information, formation, conseil,
  • Exécution de projets de développement et de recherche.

Le GRAT intervient surtout à la demande des communautés à la base. Cette demande peut être écrite ou verbale émanant de la communauté elle-même, d’un membre ou d’un ressortissant de cette communauté, d’un organisme d’appui à cette communauté.

Les interventions d’investissement visent surtout des groupes sociaux ou professionnels et non des familles ou des individus.

Le GRAT dispose de représentations régionales dans les localités suivantes : Ségou, Mopti, et Sikasso

Dernières nouvelles

 Contacts

Abdoulaye Diallo 

Chargé du renforcement des capacités institutionnelles

adiallo@cashlearning.org